Catégorie : Féminisme et militantisme Page 1 of 3

#Syndiquez-vous : pistes de réflexions

J’ai beaucoup vu tourner l’hashtag (ou croisillon) #SyndiquezVous, moi-même l’ayant utilisé à plusieurs reprises. De ma toute petite expérience, se syndiquer n’est ni évident, ni suffisant. Le but de cet article est de tracer quelques pistes pour aider à intégrer un syndicat.

Comment être un bon allié féministe ? 2

Dans cet article, je rappelais que pour être un bon allié féministe il fallait en premier lieu arrêter d’agresser des femmes (et maintenant, j’ajouterai les autres minorités de genre).

Comme je suis gentille, voilà un deuxième conseil pour être un bon allié féministe : arrêtez de soutenir vos potes agresseurs dans leur stratégie d’agresseur.

Pour de vrai.

Arrêtez de lui trouvez des excuses.

Arrêtez de le plaindre.

Arrêtez de vous référer à sa santé mentale déclinante depuis que sa victime a trouvé le courage de sauver sa vie à elle.

Arrêtez de vouloir le réintégrer dans les cercles sociaux qui l’ont chassé.

Arrêtez de vous référer à ce type devant ses victimes.

En bref, arrêtez de préférer la douce garantie d’un cercle social solidaro-viriliste à la vie de femmes et de minorités de genre qui ont été bousillées.

Si vous ne stoppez pas votre solidarité viriliste envers les agresseurs qui vous sont proches, vous faites partie du problème.

Je ne dis pas que c’est facile. Je dis juste que c’est nécessaire.

Oh, vous pouvez remplacer « pote » par membre de votre famille. Ça marche aussi.

Post-scriptum :

A force de croiser des personnes très au fait des théories féministes mais qui l’utilisent pour tisser leur emprise sur des femmes ou qui ne voient pas l’incohérence à soutenir des agresseurs plutôt que leurs victimes, j’aimerai rappeler ce qu’écrivaient Paola Tabet et Nicole-Claude Mathieu quarante ans auparavant: le patriarcat s’appuie (entre autres) sur l’ignorance des femmes et autres minorités de genre sur comment les hommes imposent leur domination. Les théories féministes permettent aux femmes et autres minorités de genre de comprendre les mécanismes du patriarcat et de s’armer contre. Les dominants n’en ont pas besoin. Beaucoup savent très bien comment ça marche.

Pour aller plus loin

Échos de grève. Partie 2 : semi échec, organisation et révolution

Un semi-échec

Ça l’air simple, vu comme ça. On se met en grève, et pouf, augmentation de salaires !

Bah, non, en fait.

J’ai écrit plus haut que certains des sites de ma boite ont fait grève pendant une dizaine de jours pour au final obtenir une augmentation de 2,8 % pour toute la boite. Si on fait les comptes, l’augmentation couvrira les pertes liées à la grève qu’au bout d’un an. Et 2,8 %, c’est tout juste l’inflation de 2021 !

Alors, pourquoi ce semi-échec ?

Échos de grève. Partie 1 : la grève, ça marche

Avant propos

Tout ce qui suit est tiré de ma toute jeune expérience syndicale (de 1 an et des poussières), que je souhaite quand même partager. Car je pense que c’est important de démythifier les syndicats. Donc, forcément, mes analyses peuvent être limitées et mes points de vue biaisés.

Comment être un bon allié féministe ?

Déjà, arrêtez d’agresser et de violer.

Vous pourriez être un type sympa, qui connaît sur le bout des doigts ses privilèges et les mécanismes de domination.

Vous pourriez être engagé dans une association féministe.

Vous pourriez être un grand défenseur de vos camarades femmes dans votre organisation ou dans votre entreprise.

Vous pourriez écrire des bouquins sur le patriarcat ou être un spécialiste reconnu dans les études de genre.

Si vous agressez et violez des femmes, même une, et même si elle a eu un jour envie de faire l’amour avec vous, vous êtes un agresseur qui profite de sa position sociale pour avoir le beurre (le capital sympathie dans les milieux progressistes) et l’argent du beurre (le droit de considérer les autres comme des objets à votre guise).

Ne violez pas et n’agressez pas.

C’est la base.

Après, on pourra discuter du reste.

Burn-out : de la nécessité de l’arrêt

On a vu dans l’article précédent à quoi correspondait le terme “burn-out”, et la responsabilité de l’organisation du travail (et donc de l’entreprise pour le travail salarié) dans la venue du burn-out.

Ok, et maintenant, que faire si on est en burn-out ?

Burn-out : quand le travail crame

C’est étrange comme le temps passe vite. Les collines se couvraient d’or et les feuilles rougeoyantes virevoltaient d’ans l’air, mais, quelques jours après, l’été et son soleil de plomb ses averses s’installent déjà et les bourdons butinent mes pieds de tomates. Oh, les canicules n’ont pas encore recouvert la ville de leur manteau suffocant, mais cela ne devrait plus tardé.

C’était hier. Comme tous les matins, je me suis levée, j’ai pris ma douche, j’ai bu mon thé et j’ai allumé mon PC. Sauf que cette fois-ci, j’ai paramétré une réponse automatique sur ma boite mail professionnelle pour deux semaines, j’ai éteint mon ordinateur, je me suis allongée sur mon canapé – à côté de mon chat – et j’ai pleuré.

Deux semaines, qui sont devenues trois puis cinq.

Burn-out.

Confession d’une féministe abolitionniste. Partie 2 : bilan de la loi abolitionniste

Cet article est composé en 3 partie :

  1. Définition du système prostitutionnel, car il est toujours important de définir de quoi on parle
  2. Définition des différents courants juridiques (ce billet)
  3. Loi abolition de 2016 et bilan (ce billet)

Voilà, maintenant que j’ai défini le système prostitutionnel, parlons maintenant des systèmes légaux légiférant la prostitution.

Confession d’une féministe abolitionniste. Partie 1 : premières définitions

Attention, cet article abordera des violences sexistes et sexuelles, dont la prostitution.

Avant propos

Je risque de me fâcher avec des militantes de longue date avec cette article, des personnes que je respecte profondément et avec lesquelles j’ai appris énormément. Mais voilà, plus que tout, je suis contre toute forme de dogme. Le militantisme n’est pas une religion que l’on suivrait de façon crédule.

J’essaie comme je peux de baser mes positions politiques sur une forme de logique. Bien sûr, j’ai un certain nombre de valeurs de base, des axiomes, sur lesquels je vais baser mon raisonnement. Ce raisonnement va m’amener à des choix, des positions ou des suspensions de jugement. Il important pour moi de savoir questionner ces positions, d’écouter les critiques, de faire la part des choses entre celles qui sont valables et celles qui ne le sont pas, et de changer des positions si les faits montrent des incohérences dans mon raisonnement.

C’est dans cet optique que j’écris cet article. Le système prostitutionnel est un sujet complexe et une des thématiques qui divisent les mouvements féministes. Diviser n’est d’ailleurs pas un terme assez fort. Il faudrait peut-être parler d’un grand schisme 😉 Dès mon entrée dans le militantisme féministe, je me suis gardée la possibilité de changer d’avis sur l’abolition de la prostitution, notamment quand nous aurions des retours concrets sur sa mise en place.

Maintenant, je pense que nous y sommes.

Cet article est composé en 3 partie :

  1. Définition du système prostitutionnel, car il est toujours important de définir de quoi on parle (ce billet)
  2. Définition des différents courants juridiques
  3. Loi abolition de 2016 et bilan

Slogans contre les violences policières et la loi “Sécurité globale”

Je vais tenter une liste de slogans contre les violences policières et la loi « sécurité globale ». Ce sont des messages vus ou écrits sur des pancartes.

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén