Sur le terrorisme patriarcal, partie 2

L’article original étant beaucoup un poil long, je l’ai scindé en deux parties. La première partie se trouve ici.

Les images illustrant cet article sont des pancartes vue lors d’un rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles.

Attention : cet article aborde les thématiques de violences sexistes et sexuelles, notamment sur mineur·e·s.

J’en profite pour rappeler trois numéros à connaître absolument, que je peux appeler si je suis en danger ou en risque de l’être, ou si je connais une personne en danger :

  • 3919 : pour trouver écoute et soutien pour toute femme victime de violences
  • 0 800 05 95 95 : pour trouver écoute et soutien dans les démarches suite à un viol ou une tentative de viol
  • 119 : lorsqu’un enfant est en danger ou en risque de l’être

Des actes commis par des hommes

La majorité de ces violences sexuelles sont commises par des hommes (de 95 à 99% selon le cadre). Si une femme sur cinq est victime d’agression ou de crime sexuelle, quelle est la proportion d’hommes agresseurs ?

“Éduquez vos fils. 1 femme sur 5 victimes de violences sexuelles. Combien d’hommes agresseurs ?”

Sur le terrorisme patriarcal, partie 1

L’article original étant beaucoup un poil long, je l’ai scindé en deux parties. La deuxième partie sera publié la semaine prochaine.

Les images illustrant cet article sont des pancartes vue lors d’un rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles.

Attention : cet article aborde les thématiques de violences sexistes et sexuelles, notamment sur mineur·e·s.

J’en profite pour rappeler trois numéros à connaître absolument, que je peux appeler si je suis en danger ou en risque de l’être, ou si je connais une personne en danger :

  • 3919 : pour trouver écoute et soutien pour toute femme victime de violences
  • 0 800 05 95 95 : pour trouver écoute et soutien dans les démarches suite à un viol ou une tentative de viol
  • 119 : lorsqu’un enfant est en danger ou en risque de l’être

J’avoue avoir eu envie de mettre aux oubliettes cet article. Le glisser dans la corbeille de mon bureau virtuel. La période est assez déprimante pour ne pas vouloir en ajouter, entre le confinement, les attentats, la précarité en embuscade pour beaucoup, l’incompétence crasse de notre gouvernement, les lois autoritaires et la luminosité naturelle qui diminue.

Mais voilà, j’ai une question qui tourne et tourne dans ma tête : pourquoi personne, hors du monde féministe, ne s’indigne contre la terreur imposée aux femmes par la classe des hommes ?

Cette terreur massive qui fait plus d’une centaine de mortes par an et qui marque toutes les femmes dans leur chair.

“Pardon de déranger mais on nous viole”

Haïku de la nuit 26

Bougeotte de nuit

Grognements et insomnie

Je cherche ton dos

Haïku de la nuit 25

Le vent se faufile

Sous mon manteau boutonné

Et les feuilles dansent

Haïku de la nuit 24

Marchant funambule

Sur la crête d’une dune

Un pas après l’autre

Haïku de la nuit 23

Par monts et vallées

Les vergers de sang et d’or

Chassent les murs gris

Mignonnes de Maimouna Doucouré

De quoi ça parle ?

On suit Amy, une jeune fille de 11 ans, vivant avec sa mère et ses petits frères. Elle apprend que son père revient du Sénégal avec une deuxième femme dans les bagages. Témoin de la souffrance de sa mère, elle rencontre alors un groupe de danseuses « Les Mignonnes » qu’elle voudra à tout prix rejoindre.

Un jour comme un autre

Haïku de la nuit 22

Transformons ce monde

En immenses feux de joie

Aux couleurs multiples

Vélotaf : Le camion, un prédateur naturel des cyclistes urbains

Illustrons mon propos par une histoire qui, comme beaucoup d’histoires, a sa part de réalité.

Il était une fois…

Il était une fois une intersection compliquée. Un camionneur au GPS affolé a oublié de tourner ! Sous le stress du chronomètre qui continue d’avancer, il enclenche une marche arrière. Mais, des cyclistes et automobilistes pressés filent de tous côtés, car elles aussi possèdent un chronomètre au tic-tac entêtant.

Page 1 of 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén