Étiquette : SFFF Page 1 of 5

Challenge de l’Imaginaire – La Sphère d’Alexiane de Lys

La Sphère est un roman de science-fiction écrit par Alexiane de Lys. Dans un univers où un virus a décimé tous les hommes, Noria, une mannequin de lingerie, est entraînée par sa meilleure amie dans la Sphère, une attraction de simulation de mondes virtuels. Elles choisissent de participer à l’attraction de toute dernière génération : l’immersion dans un vaisseau générationnel où les hommes n’ont pas disparus. Quand elle se réveille dans la simulation, rien ne se passe comme prévu : elle évite de peu un accident mortel, des douleurs de toute sorte la travaillent et un homme laisse des messages menaçant chez elle… Plus étrange, elle est la seule à se souvenir de la vie hors de cet univers factice…

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 25

Naël regardait le soleil plonger dans l’eau. Les vagues caressaient les plantes de ses pieds d’un doux clapotis. Des chants d’oiseaux courraient dans l’air. Des oiseaux, ces animaux mythiques ! Naël ria doucement. Le ciel changea rapidement de couleur passant d’un orange chaleureux à rose pâle puis violet sombre. Quelques points scintillants piquetaient la nuit. Et dire qu’il y a des milliers d’années de distance, des êtres humains comme lui avaient regardé le même ciel du même endroit.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 24

Azza rangea le peu d’affaires qu’elle avait. Elle n’emporterait que son maser avec elle. Elle n’avait besoin de rien d’autre pour une renaissance. Car c’était ce qu’elle éprouvait, une renaissance. Tout son ressentiment, sa haine s’étaient évaporées à la vue de Mira. Elle avait imaginé pendant des années ce qu’elle ferait subir à la traîtresse mais, une fois devant l’ancienne mousse entourée de ses filles, elle n’avait été plus sûre de rien. Elle ne voulait plus être responsable de la création d’orphelines. Quand elle pensait à la jeune femme et ses regrets qui la rongeaient, elle n’éprouvait plus que de la pitié teintée de dégoût. Toutes ses mortes pour ça. Quel gâchis.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 23

Azza était assise entre les lits de Zakioru et Klirus, seulement dérangée par les bruits des respirateurs et des gouttes de la perfusion qui pendaient à leur bras. Son nez cassé avait été ressoudé par le Doc’ en moins d’un jour et presque sans douleur grâce à ses pommades maison. Elle alternait la veille avec Rezol, constatant à chaque fois leur lente guérison. De temps en temps, Juli passait lui tenir compagnie entre deux corvées et racontait tout et rien pour la distraire.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 22

Le choc de l’eau froide réveilla Azza. Elle aurait bien injurié les coupables, mais ses muscles encore paralysés bloquèrent les récriminations au fond de la gorge.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 21

Naël et Artur profitaient du soleil timide de fin de matinée. Ils avaient sorti une table et un goban qu’ils avaient posés devant le vaisseau, et décortiquaient la soirée en sirotant du rhum. Au bout d’une demi-heure de jeu, Yuka réapparut sans un mot, tunique froissée et faux cheveux en bataille. Elle s’engouffra sans un mot à l’intérieur du vaisseau. Naël n’était donc pas le seul à avoir eu une soirée fructueuse. Il n’était pas jaloux, tout le monde avait le droit de prendre son pied. De plus, il avait trop à réfléchir pour s’appesantir sur les images de deux corps entremêlés de femmes. Jorel de Seila lui avait décrit de très belles opportunités dans la zone grise de la légalité, à ne surtout pas manquer. Avec beaucoup de Feds à la clef, avait déclamé le marchand d’une voix emplie de trémolos. Il était juste question de vols de médicaments à une planète souffreteuse et pauvre.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 20

Solaire. C’était peut-être qui définissait le mieux leur hôtesse, lumineuse dans sa robe vaporeuse jaune canari. Elle était le centre d’un groupe d’hommes, charmeuse au possible, drôle, belle. Azza pouvait comprendre l’envie de s’enfermer avec elle quelques heures pour explorer chacune des courbes de cette fameuse duchesse. Presque tous les hommes étaient sous emprise, absorbant chacun de ses gestes, chacun de ses mots. Presque, car l’homme à la droite d’Anila de Seila restait de marbre, répondant d’un air poli et vaguement intéressé à chaque tentative de la belle rousse, daignant à peine jeter un regard à leur hôtesse de ses yeux gris et froids qu’Azza ne reconnaissait que trop bien.

Chronique de l’Imaginaire – AfterLove de T. Byrne

Afterlove est un roman d’Urban Fantaisy de Tonia Byrne. On y suit Ash, une jeune fille de 16 ans vivant à Birghton, une ville au sud de l’Angleterre, au bord de la mer. Après des années de déconvenue, elle rencontre par hasard la femme de sa vie, Poppy, avec laquelle elle vit le grand amour. Mais voilà, Ash meurt quasiment au milieu de roman et devient une grande faucheuse, celle qui amène les âme des mort·es jusqu’à la barque de Charon. Sauf qu’Ash n’est pas d’accord, ce n’est pas la mort qui la séparera de son grand amour.

Les rêves de l’Arcadie – Chapitre 19

Naël écarta les draps satinés. Un bruit arrêta son mouvement. Il se retourna lentement vers la silhouette toute en courbes de sa voisine.

— Tu te lèves déjà, mon beau capitaine ?

Il embrassa le ventre de la duchesse mais n’obtint en réponse qu’un rire léger et endormi. Trop endormi. Dommage. Il se redressa et attrapa son pantalon qui traînait sur le sol.

— Je vais m’en fumer une. Rendors-toi, ma jolie.

Il traversa la chambre, immense, plus grande que la salle commune du vaisseau, et ouvrit la porte-fenêtre en verre, signe de richesse parmi tant d’autres dans ce manoir au luxe tranquille.

Un an de lecture 2023

L’année 2023 est un peu particulière. J’ai passé une partie non négligeable de mon temps en arrêt maladie, ce qui explique le nombre plus élevé de livres lus que d’habitude. Les livres me permettent de me blinder contre une réalité pas forcément reluisante. Oui, les livres peuvent donner de réfléchir sur notre monde cassé. Mais on n’oublie un peu trop – quand on milite – la fonction d’évasion et de beauté de la littérature. J’aime accompagner une auteurice dans son imaginaire et y créer mon petit monde à moi. J’aime aussi être éblouie devant une phrase qui me touche comme une flèche dans sa cible. Durant ces mois compliqués, la littérature, comme souvent, m’a permis de tenir et de rêver. Et, en soi, c’est déjà beaucoup.

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén