Femmage à ma grand-mère

Ma grand-mère est décédée.

Fin de l’enfance

Comme l’a dit si bien une de mes sœurs, c’est un peu de notre enfance qui est partie avec elle.

En grève jusqu’à la retraite

Cette année commence sur les chapeaux de roues. Une impression de dernier combat avant la fin du monde flotte dans l’air. Vous sentez le piquant des lacrymogènes ?

La lutte contre la réforme des retraites cristallise toutes les autres luttes. La réforme du chômage, mettant dans la merde plus de 710 000 personnes est passée et celle sur la sécurité sociale est en embuscade derrière. On va droit dans le mur, et notre gouvernement choisit de rendre plus pauvres les pauvres plutôt que de faire payer profiteurs, pollueurs, exploiteurs. Normal, on va pas se fâcher contre les copains-copines, non plus ?

Bilan 2 : Écriture, jardinage et bicyclette

Le mois de décembre est le mois du bilan. La mélancolie douce de l’automne s’efface, les dernières feuilles lumineuses tombent et le soleil – quand il apparaît – disparaît derrière les immeubles avant d’avoir eu le temps de sortir le bout de son nez.

Oui, le mois de décembre est le mois du bilan. A faire avec un bon thé chaud et un plaid. Je vais d’ailleurs de ce pas relancer la bouilloire.

Cette année a été une année mouvementée par plusieurs aspects. Le bilan se fera donc en plusieurs parties. Voici la seconde, axée vis-ma-vie d’écolo-gaucho.

Bilan 1 : La lutte continue

Le mois de décembre est le mois du bilan. La mélancolie douce de l’automne s’efface, les dernières feuilles lumineuses tombent et le soleil – quand il apparaît – disparaît derrière les immeubles avant d’avoir eu le temps de sortir le bout de son nez.

Oui, le mois de décembre est le mois du bilan. A faire avec un bon thé chaud et un plaid. Je vais d’ailleurs de ce pas relancer la bouilloire.

Cette année a été une année mouvementée par plusieurs aspects. Le bilan se fera donc en plusieurs parties. Voici la première axée sur le côté militant.

“Demain un oasis” d’Ayerdhal

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été touchée par un livre écrit par un homme.

J’ai tellement été déçue par certains auteurs, dont les livres brillaient soit par l’absence totale de femmes, soit par la réduction des personnages féminins à des stéréotypes patriarcaux (qui me fait regretter la première option…) que depuis je priorise les romans écrits par des autrices.

Violences économiques : Temps partiel et travail domestique

On l’a vu, le temps partiel est un des facteurs des inégalités salariales entre les femmes et les hommes.

Une petite salve de chiffres (en France) pour enfoncer le clou sur cette différenciation genrée (pour une définition du genre, voir la présentation du blog « ça fait genre »)

Je hais les bordures

Je hais les bordures. Je les déteste. Et elles me les rendent bien.

En un an et demi de vélotaf (le fait de prendre le vélo pour aller au taf), les bordures sont responsables de 3 de mes 4 plus grosses chutes. Avec comme résultats beaucoup de bleus, des freins déréglés, un pneu crevé, une fourche tordue et un poignet cassé. Oui, en général, je ne fais pas les choses à moitié.

Mon sexe n’est pas un service

Ce qui suit est un billet d’humeur qui me trottait en tête après l’écoute de l’interview de Virginie Despentes dans le (par ailleurs) très bon podcast « Les couilles sur la table » de Victoire Tuaillon. Il va parler de système prostitutionnel, de viol et de révolution féministe.

Violences économiques : les chiffres des inégalités salariales

Il peut être compliqué de se retrouver dans les chiffres des inégalités salariales. En effet, plusieurs nombres sont souvent mis en avant :

Il y aurait une différence de salaire entre les femmes et les hommes de 18 %.

Les femmes gagneraient moins de 25 % que les hommes.

L’inégalité salariale serait de 10 %.

Velotaf : prendre sa place

Prendre sa place.

Il s’agit peut-être du conseil le plus utile que l’on ne m’ait jamais donné sur la pratique de la bicyclette.

Il s’agit aussi du conseil qui m’a prise le plus de temps à suivre.

Page 2 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén