Étiquette : haiku Page 1 of 4

Haïku de la nuit 36

Apprendre à écrire

Le langage de la nuit

Et des louves d’ombre

Haïku de la nuit 35

Au creux du vallon

Lézardent au bord de l’eau

Des maisons dorées

Haïku de la nuit 34

Je pense à la nuit

Et ses fragiles projets

Aux reflets bleus-gris

Haïku de la nuit 33

Un chat noir m’observe

Allongé sur le trottoir

Mouillé par la pluie

Haïku de la nuit 32

Les arbres fleuris

Illuminent ma journée

De mille couleurs

J’aime le printemps.

Jonquilles surprises
Fleurs de moutarde
Fleurs de roquettes, délicates comme des ailes de papillon
Camélia en fleur

Haïku de la nuit 31

Face au pouvoir mâle

Nous formerons une ligne

De corps invincibles

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Car il y a encore tant d’exploitation à détruire et tant d’utopies à construire.

A bas le patriarcat et vive la révolution féministe (pour reprendre un podcast féministe ;)).

Haïku de la nuit 30

Empêchée de lire…

Ronronne sur mes genoux

Un chat tricolore

Haïku de la nuit 29

Trop de ventres vides

Comme une faim de justice

Qui me prend aux tripes

Si comme moi vous avez les moyens, des squats cherchent du matériel, de la nourriture, de l’argent. Par exemple, à Lyon (source Rebellyon.info) :

L’association P.E.S.E (Pour l’Egalité Sociale et l’Ecologie) organise des collectes et des distributions tous les mercredi et samedi.

Haïku de la nuit 28

Un espoir têtu

Comme un rayon de soleil

Perçant le ciel gris

Bilan 2020, partie 2 : Burn-out, colère et écriture

Le brouillard nocturne est de retour et annonce l’installation de l’hiver. Quelques rayons de soleil font une percée vers midi et disparaissent aussi vite quand l’heure des crêpes sonnent. Bref, le mois de décembre est là, c’est le moment du bilan annuel.

Cela devient une habitude, mais ce billet est divisé en deux parties. La première partie se trouve ici.


Burn-out et priorisation

Je le traînais depuis des mois, ce burn-out. Et pour tout dire, ce n’est pas comme si ma santé mentale était au beau fixe avant. Mais voilà, à tirer sur la corde, à un moment, ça craque. Et on arrête. Et on pleure. Et on dort. Beaucoup.

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén