Nef, anthroposophie et écolo-ésotorisme

En bonne petite écolo décroissante de classe moyenne plus, j’ai ouvert un compte à la banque la NEF, qui est notée comme la plus verte de toutes les banques. Transparence totale et financement de projets poussant vers une transition écologique, que du rêve !

Et puis là, bam, je tombe sur cette série de podcasts sur l’anthroposophie menée par Élisabeth Feytit du podcast Meta De Choc : SHOCKING ! #5 Une vie en anthroposophie.

L’anthroposophie, c’est une idéologie mysthico-religieuse, basée sur un ensemble assez complexe de croyances (réincarnation, karma, anges, lois telluriques et cosmiques…) et de rituels. Elle se diffuse dans tous les domaines : agricultures avec la biodynamie (qui est de l’agriculture biologique parsemée de rites magico-occultes), de la médecine (soins weleda), du sport (eurythmie), … et la finance avec la NEF (en France).

La NEF a été créé par des tenants de l’anthroposophie et finance énormément de projets anthroposophes. Elle se défend aujourd’hui d’en être toujours proche arguant d’une dilution des sociétaires anthroposophes au milieu des personnes non-anthroposophes.

Sachant que les valeurs sous-tendant l’anthroposophie sont à mon sens des valeurs problématiques (racisme – l’anthroposophie ayant été très proche du nazisme, châtiment corporel pour les enfants, exorcisme, croyance en des forces du mal, maladies envoyés par les dieux pour vaincre les péchés…), je me demande comment le « plus » anthroposophique a pu rester « un élément fondamental de la culture de la Nef ». Bref.

Et puis voilà, je n’ai pas envie de financer des projets occultistes, comme je n’ai pas envie de financer des projets polluants. D’un côté, les autres banques étaient complètement opaques, peut-être qu’elles financent d’autres groupes pouvant amener à des dérives sectaires, sauf que ce n’est pas dit…

Mais j’en ai vraiment marre de cette confusion souvent faite entre écologie et spiritualité, confusion qui est portée par la NEF comme par d’autres groupes ou mouvements écolo. En quoi les rituels occultes de l’anthroposophie ou la purification des chakras permettent-ils de lutter contre le réchauffement climatique ? (Vraiment, je suis preneuse de réponses :))

Pour moi, cette confusion entre écologie et spiritualité facilite le glissement vers une certaine forme de conservatisme voire fascisme et/ou vers des dérives sectaires, et donc vers une société autoritaire (sans parler des dangers en terme de santé mentale et physique). Et c’est pour cela que je ne souhaite pas financer ni projets anthroposophes ni aucun autre projet à caractère religieux.

Donc, ma question est la suivante : chère banque la Nef, est-ce qu’il est possible de choisir plus précisément où va notre argent, et notamment de ne pas financer des projets mystico-religieux ?

Après tout, ce serait un moyen d’accroître « la possibilité [des épargnant·e·s] d’exercer leur responsabilité sur leur argent » et un pas vers plus de transparence.

PS 1 : je ne souhaite pas remettre en question les croyances des personnes. Après tout, le fait de ne pas croire en d’entités supérieurs et en énergies cosmiques est aussi une forme de croyance. Ce que je souhaite mettre en avant ici est l’imposition d’une forme d’une croyance aux autres, quand celle-ci passe de la pratique individuelle à la politique. C’est encore plus grave pour moi quand cette imposition de croyance est faite de façon masquée, comme c’est le cas pour l’anthroposophie.

PS 2 : je suis très consciente que ce billet est un problème de privilégié·e·s car pour placer son argent quelque part, eh bien, il faut avoir de l’argent. Le choix, comme souvent, est un luxe.

A mon avis, il est assez illusoire de croire que l’on sortira de la crise en finançant des « projets verts ». Il s’agit pour moi surtout d’un moyen d’apaiser ma conscience.

Mais il me semblait important de fixer quelque part ce flou autour des relations entre certains milieux écolo et des mouvements ésotériques fascisants, ou a minima foncièrement conservateurs.

Eh oui, encore les Vulves Assassines 😉

Pour aller plus loin

Anthroposophie :

La NEF :

Précédent

Haïku de la nuit 30

Suivant

Haïku de la nuit 31

  1. Sandrine

    Bonjour. Avez-vous réellement pose votre question à la Nef ? Si oui, quelle réponse avez-vous obtenue svp ? Cordialement

    • Liza

      Bonjour, J’avais posé la question sur Twitter, sans réponse pour le moment. Peut-être que ça vaudrait le coup de faire un mail.

  2. Idlusen

    J’ai la même interrogation que vous, souhaitant que mes quelques économies ne financent pas Total et cie je suis vite tombé sur la Nef en recherchant une banque dite éthique, mais l’anthroposophie me fait freiner des quatre fers.
    Récemment il semble que la Nef soit encore en lien assez étroit avec les anthroposophes : https://skepticsinthepub.ch/fr/banques-anthroposophie
    Vous dites avoir ouvert un compte, l’avez-vous toujours ? Et ne trouvez-vous aucun endroit dans l’interface de gestion pour choisir les projets financés ? J’ai entendu dire que malgré tout on pouvait sélectionner à quoi sert notre argent.

    • Liza

      Bonjour, oui, j’ai toujours mon compte à la Nef. Je l’ai gardé autant par procrastination que par considération que les autres banques ne font pas probablement pas mieux. Je n’ai pas trouvé comment choisir les projets soutenus. Si vous trouvez l’information, je suis preneuse 🙂 Mais le lien que vous avait donné me questionne beaucoup sur la pertinence de garder un compte chez cette banque, car pour moi il y a une différence entre donner des sous à des projets craignos (ce qui est aussi le cas des autres banques) et participer à financer une banque conservant des liens forts avec un mouvement à dérives sectaires (ce que ne fait pas les autres banques à ma connaissance).

  3. Miranda

    Bonjour, Je découvre votre blog et je souhaite vous proposer quelques éléments d’explication concernant le sujet sensible des liens entre la Nef et l’anthroposophie. Avant de rentrer dans le vif du sujet, et pour être transparent, je précise que je suis salarié de la Nef depuis 13 ans, que je ne suis pas (mais alors pas du tout) anthroposophe et que mon message sera nécessairement le regard d’un salarié.
    Tout d’abord je comprends tout à fait votre questionnement lorsque vous lisez sur différentes publications de blogs et posts qui mettent en avant les liens entre la Nef et l’anthroposophie. Le sujet est en effet délicat car la Nef est une vieille coopérative financière dont le projet, impulsé par la pensée anthroposophique, s’est constitué il y a 45 ans. Au départ, l’idée était clairement de rassembler des fonds pour financer des projets de nature anthroposophe : Biodynamie, écoles steiner-waldorf etc…
    Au moment du passage de l’association à la société financière les liens avec l’anthroposophie ont été progressivement dilués à au moins 3 niveaux : 1) Les fondateurs qui étaient anthroposophes sont partis et les dirigeants qui ont suivi n’étaient pas anthroposophes. M. Jean-Pierre Caron qui est souvent cité est un membre du Conseil de surveillance, aucunement un dirigeant de la Nef.
    2) Les sociétaires et clients qui ont rejoint la Nef (passant de 750 sociétaires à plus de 41 000 aujourd’hui) sont venus car ils cherchaient plus de transparence, parce qu’ils s’intéressaient à l’économie sociale ou à la transition écologique. Pas pour l’anthroposophie, message qui n’était plus du tout mis en avant par la Nef dès la fin des années 80. Je pense que vous pouvez témoigner, en tant que cliente de la Nef que nous n’abordons jamais le sujet, car il est très marginal par rapport à notre activité principale. 
    3) Enfin les projets financés ont complètement changé de physionomie : agriculture biologique, énergies renouvelables, logement social, ressourceries, recyclage, magasin Vrac, commerce équitable, monde associatif, insertion par l’activité économique, collectivités locales etc…La part des écoles steiner étant réduite à moins de 0,5% de l’encours et celle de la biodynamie à 2%
    Certes, vous me direz 0,5% ou 2% ce n’est pas 0%. Et vous avez raison ! Cependant, si nous continuons à soutenir la Biodynamie, c’est parce que, derrière des croyances auxquelles je n’adhère personnellement pas, cela reste une agriculture sans pesticide, respectueuse des saisons, le plus souvent commercialisée localement. C’est cela qui nous intéresse. Car oui nous avons plus besoin d’agriculture biologique ou biodynamique que d’agriculture intensive, monoculture et qui fait trois fois le tour du monde avant d’arriver dans notre assiette.  Concernant les pédagogies steiner, je sais qu’elles font débat, mais elles ne sont pas interdites, et certaines écoles sont sous contrat. Je ne vais pas rentrer dans une défense des écoles steiner (mes enfants sont dans des écoles publiques), mais je constate que toutes les fois ou elles ont été attaquées sur leurs méthodes et soupçonnées de dérives sectaires, elles ont gagné et aucune n’a fermé. Au-delà, la Nef finance, sans hiérarchie Steiner, Montessori, Freinet et même des écoles publiques.. Notre regard, c’est le soutien à l’enseignement car c’est un point d’importance pour consolider la citoyenneté dans notre pays. 
    Dernier point, celui qui concerne Jean-Pïerre Caron, membre de notre Conseil de Surveillance. Il fait partie de l’aventure depuis l’origine, il est anthroposophe et il a toujours tenu à séparer sa position dans la Nef (je ne l’ai jamais entendu parler d’anthroposophie en 13 ans à la Nef) et ses convictions personnelles. 
    J’espère que ces quelques explications vous aideront à avoir un éclairage différent sur ce sujet très souvent caricaturé et je suis à votre entière disposition si vous souhaitez poursuivre l’échange par téléphone. 
    Très bonne journée, 
    Léo 

    • Liza

      Bonjour,
      Merci d’avoir pris le temps de mettre un commentaire aussi complet.
      Le point principal de ce billet d’humeur est le mélange écologique et ésotérique.
      Non, nous n’avons pas besoin d’agriculture biodynamique et celle-ci devrait être toujours différenciée de agriculture biologique : les objectifs en sont pas les mêmes. Non, tous les enseignements ne se valent pas, une école Steiner n’est pas une école Montessori (sans parler du fait qu’il n’y aurait pas de réel label “Montessori” ni du principe même d’école privée).
      On retrouve ce mélange écologie et ésotérisme dans plein d’aspects de l’écologie ; la création du groupe spiritualité du collectif Extinction Rébellion n’est qu’un des plus récents exemples. Pour moi, ce mélange des genres est vraiment délétère, peut être source d’entrée dans des pratiques dangereuses et est même contraire au combat écologique, qui ne peut réussir que dans une dynamique collective basée sur des faits.

      Ce serait vraiment bien de pouvoir choisir plus finement quel(s) projet(s) notre argent finance. Ainsi, tout débat sur les liens Nef/anthroposophie ou sur le financement de projets ésotériques pourraient être résolues de façon relativement raisonnable.

      Bonne journée à vous aussi,
      Liza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén